Plantes à parfum, aromatiques et médicinales

Bleuet en été
Huiles essentielles, Hydrolats, eaux florales,...






Après une première phase test en 2018 avec le CNPMAI (Conservatoire National des Plantes à Parfum, Médicinales et Aromatiques) la production  a débuté fin 2016 avec l’implantation de plusieurs variétés de roses anciennes et le thym (test CNPMAI). Depuis le printemps 2019, la camomille romaine a été plantée,  le bleuet et le calendula ont été semés.

Depuis le début de l’été 2019, les plantes sont transformées à la ferme : huiles essentielles, eaux florales et hydrolats.  Claire fera aussi à l’avenir d’autres produits issus des cueillettes sauvages du terroir (macérats huileux, plantes séchées, etc…), en partenariat avec une herboriste.

Les produits sont commercialisés principalement en vente directe, et aussi pour la formulation de produits cosmétiques (demi gros).

Camomille romaine
Bleuet
Calendula

_____________________________________________________

Les principes de distillation utilisés à la ferme :

La distillation est pratiquée dans une cuve inox de 1000 L avec un système « hybride » permettant, selon la plante, de distiller grâce au principe de l’entraînement à la vapeur  ou en hydrodistillation (pour les roses par exemple). Le principe de la distillation est qu’il permet d’extraire les molécules aromatiques contenues dans la matière végétale grâce à la chaleur (générée par la chaudière).

L’hydrodistillation :

L’hydrodistillation est la meilleure méthode pour les roses car une technique d’entrainement à la vapeur (fleurs posées sur un panier ou grille percée sans contact avec l’eau) présente l’inconvénient d’agglomérer les pétales et la vapeur circule mal dans l’enceinte. La qualité de l’eau florale est donc mauvaise car elle sera moins chargée en molécules aromatiques riches de bienfaits.

Les pétales de roses sont plongés dans un volume d’eau porté à ébullition (100°C), et la vapeur émise par l’ébullition se condense après une étape de refroidissement (refroidisseur tubulaire). la vapeur émise revient à l’état liquide après refroidissement et ce liquide est chargé de molécules aromatiques est composé d’un mélange d’eau florale (ou hydrolat pour distillation de plantes entières) et d’huile essentielle.

Ce mélange va décanter dans un essencier et présentera deux phases : la première est la phase la moins dense constituée de l’huile essentielle (par la poussé d’Archimède, les petites bulles d’huiles essentielles présentes dans le liquide remonteront à la surface). L’autre phase est l’eau florale (la plus dense) qui possède encore un peu de molécules mais beaucoup moins concentrée que la première phase.

C’est pourquoi l’eau florale est aussi très intéressante car elle possède encore les bienfaits des molécules de la plante et elle est aussi très bien tolérée car moins concentrée que l’huile essentielle pure à utiliser avec précaution.

La rose possède un rendement d’huile essentielle très faible. Pour obtenir suffisamment de production, il faut recycler les eaux florales en effectuant une double distillation. Il est donc préférable dans ce cas de se spécialiser dans cette production car évidement les eaux florales sont recyclées. Il faut du matériel spécifique pour recycler ces eaux florales, comme une tour de cohobation.

Distillation par entraînement à la vapeur (méthode utilisée pour la majorité des plantes produites à La Fabrique Végétale)

Dans ce cas, le matériel végétal est posé sur une grille percée, et il n’y a pas de contact avec l’eau. La vapeur sèche est introduite sous la grille et va briser les cellules du végétal pour dégager les molécules. Cette vapeur chargée monte ensuite vers le haut de la cuve pour être refroidie et condensée dans un refroidisseur tubulaire. Ce liquide arrive ensuite dans l’essencier dans lequel il est décanté comme dans l’étape précédente (deux phases : une moins dense (huile essentielle) et une plus dense (eaux florale, hydrolats).

Cette méthode est utilisée pour la majorité des cas, et présente une qualité d’huiles essentielles la plus intéressante. En effet la vapeur (la plus sèche possible) évite de créer des phénomènes d’hydrolyse et ainsi de dégrader la qualité des huiles essentielles.

L’alambic de La Fabrique Végétale :

Une cuve en inox de 1000 L, une chaudière basse pression, et une plateforme en bois permettant le chargement des plantes.

L’aventure commence! (Avril 2019)
Camomille romaine…une belle récolte
de 750 Kg!